Zappa in new-york (1978)

Zappa in new-york frank zappa

Disque 1

1 - Titties & Beer 7:36
2 - Cruisin' for Burgers* 9:12
3 - I Promise Not to Come in Your Mouth 3:32
4 - Punky's Whips* 10:51
5 - Honey, Don't You Want a Man Like Me ? 4:12
6 - The Illinois Enema Bandit 12:41

Disque 2

1 - I'm the Slime* 4:24
2 - Pound for a Brown* 3:41
3 - Manx Needs Women 1:51
4 - The Black Page Drum Solo/Black Page #1 3:50
5 - Big Leg Emma 2:17
6 - Sofa 2:56
7 - Black Page #2 5:36
8 - The Torture Never Stops* 12:35
9 - The Purple Lagoon/Approximate 16:40

(* Titres non présents dans la version vinyle)



En 1978 parait "Zappa in New-York", un live capté le 26 et 29 décembre 1976 au Palladium.

Frank Zappa entraine sur scène une belle formation de musiciens pour interpréter 9 morceaux qui progresseront au nombre de 15 lors d'une réédition en CD, version présentée ici. A l'origine, ce live devait faire partie d'un vaste projet de 4 disques vendus en coffret. Mais ce projet ne vit pas le jour à cause d'un conflit avec Warner, qui prit possession des masters pour sortir 4 disques individuels : "Zappa In New-York (1978)", "Studio Tan (1978)", "Sleep dirt (1979)" et "Orchestral favorites (1979)".

Avec une section cuivre majoritaire, "Zappa in New-York" bénéficie d'un son en cinémascope large et chaud, influencé très nettement par des tournures jazzy. Le contenu est issu pour un tiers de morceaux retravaillés, parfois méconnaissables, des albums précédents et d'inédits puisés au fond des nombreux cartons du Zappa dont le fond semble inaccessible.

Belle intro avec "Titties & Beer", même si le démarrage, avec ses beaux cuivres rutilants, se fait attendre un peu. Trop rapidement, le titre glisse dans un dialogue soutenu par un minimalisme musical redondant.
C'est un "Cruisin' for Burgers" méconnaissable et superbe qui nous attend, avec près de dix minutes de folie furieuse. Zappa met les petits plats dans les grands et nous offre une belle démonstration de virtuosité dans un instrumental débridé.

Avec "I Promise Not to Come in Your Mouth" nous arrivons dans une sphère jazzy chaude et langoureuse parcourue de traits guitaristiques vivaces. L'ensemble bénéficie d'une grande classe et d'une touche de raffinement peu commune.

En forme d'opéra-rock, "Punky's Whips" est un petit délice de plus de 10 minutes un poil désorganisé mais jubilatoire à certains moments. "Honey, Don't You Want a Man Like Me ?" roule sur un style indéfinissable, faisant trépider des trilles de vibraphone dans une dynamique jazz-rock sympathique. Bienvenue au cirque avec "The Illinois Enema Bandit" qui bifurque vers un blues de bon aloi. A la 3ème minute, Zappa enquille un solo puis reprise de la verve blues avec une jolie basse élastique. Final blues/doo-wop alterné.

En début de CD 2, les cuivres annoncent la reprise des hostilités avant de libérer une bande-son en forme de générique de série américaine sur "I'm the Slime", morceau plein d'emphase et de surprise. Jazz-rock qui flirte avec la musique contemporaine, l'instrumental "Pound for a Brown" fait vibrer des sonorités un peu datées. "Manx Needs Women" distille la peur et l'angoisse au détour d'attaques scélérates de cuivres. Première partie de "Black Page" avec une introduction percussive sur "The Black Page Drum Solo/Black Page #1" qui s'enrichit d'un vibraphone à la moitié de l'exercice. Le boogie-rock de "Big Leg Emma" fait à un virage à 180° pour prendre une direction plus festive et se poursuit avec "Sofa" où le saxophone prend le pouvoir.

Retour à "Black Page #2" avec la seconde partie, un nouvel instrumental tout en brillance.

Grande pièce classique "The Torture Never Stops" s'illumine de milliers de petites lumières blues. Cet long exercice est le bon prétexte pour aligner un solo complexe et liquide dans une veine qui emprunte autant au blues traditionnel qu'au jazz-rock.

Tonitruant et dissonant, le jazz-rock de "The Purple Lagoon/Approximate" dépoussière le genre et termine ce live dans une débauche d'instrumentation qui sollicite tout le monde sur la scène.

Joli témoignage live, ce "Zappa in New-York" donne de belles couleurs modernes à la discographie de Zappa avec un choix nuancé de morceaux.

Merci de déguster cette heure et quarante-deux minutes en compagnie de Zappa en format vinyle si possible, en complétant avec la version CD pour les titres non présents sur la première.