Sleep Dirt (1979)

Sleep dirt frank zappa

1 - Filthy Habits 7:33
2 - Flambay 4:52
3 - Spider of Destiny 3:01
4 - Regyptian Strut 4:13
5 - Time is Money 2:53
6 - Sleep Dirt 3:21
7 - The Ocean is the Ultimate Solution 13:20

"Sleep Dirt" parait en 1979.

Les titres figurant sur "Sleep Dirt" faisaient partie d'un disque nommé "Hunchentoot", album à paraitre en 1974 mais Zappa abandonna le projet. Il tenta d'intégrer les titres de "Sleep Dirt" dans un autre projet en prévision d'une sortie en 1976. Il s'agissait d'un double-album baptisé "The night of the iron sausage" qui deviendra finalement un album simple : "Zoot Allures", sans les morceaux présents dans "Sleep Dirt". L'album devait ensuite constituer une des parties d'un coffret de quatre albums que Zappa voulait sortir en 1977. Suite à une embrouille avec sa maison de disques, Warner, cette dernière décida de morceler le contenu de ce coffret en quatre disques distincts : "In New York", "Studio Tan", "Sleep dirt" et "Orchestral favorites".

Le danger pour le contenu du disque fut que celui-ci subisse une altération dans son homogénéité suite à ce dernier tronçonnage à la sauvage.

"Sleep Dirt" se révèle pourtant un disque très abordable, de la qualité d'un "Apostrophe" ou d'un "Overnite sensation".

L'album contient 7 morceaux pour une durée de 38 minutes et une poignée de secondes.

"Filthy Habits" ouvre le bal d'une démarche lourde et sinistre. Etrange atmosphère inhabituelle pour ce grand déconneur devant l'Eternel. Cet instrumental complexe roule au milieu de marais sombres et l'ensemble cultive une noirceur jazz-rock que l'on n'avait encore jamais entendu dans un disque du Zappa.
Ambiance piano-bar avec "Flambay" dans un jazz pur pour un joli moment doux et feutré.
En forme de traversée du désert avec des éléphants "Spider of Destiny" allonge un pas pesant et capte une attention moyenne, le meilleur restant à venir en toute fin d'album.
"Regyptian Strut" commence comme un générique d'émission de variété. Cuivres à foison, marimbas, le titre surfe sur une vague orientalo-burlesque en gardant une essence jazz classique. "Time is Money" reste jazz-rock dans un dédale de notes et de breaks troublants, avant de poursuivre sur "Sleep Dirt""Sleep Dirt" pour une séance toute habillée de guitares acoustiques, une jolie parenthèse appliquée tout en douceur. Pièce maitresse de cet album, "The Ocean is the Ultimate Solution" attend la fin pour se matérialiser. Ce titre est d'une rare virtuosité. Joué en trio (Bozzio/O'Heran/Zappa), ce monumental exercice de plus de 13 minutes est une ode au savoir-faire technique de musiciens aguerris.

La batterie allonge des rythmes inconnus sous les latitudes jazz-rock habituelles, la contrebasse devient une étoile filante et la guitare nous fait entendre des sonorités extra-terrestres. Le final est étourdissant, à la hauteur de ce qui a été entendu précédemment.

Passer à côté de "Sleep dirt" et surtout de "The Ocean is the Ultimate Solution" est un luxe qu'aucun musicien ou fan du Zappa ne peut se permettre.
Cet album très éclectique brasse une multitude d'influences sans que jamais, à aucun moment, Zappa n'y perde sa personnalité.
Très beau et grand disque à recommander.