Roxy and Elsewhere (1974)

Roxy and Elsewhere frank zappa

1 - Penguin in Bondage 6:48
2 - Pygmy Twylyte 2:13
3 - Dummy Up 6:02
4 - Village of the Sun 4:17
5 - Echidna's Arf (Of You) 3:52
6 - Don't You Ever Wash That Thing ? 9:40
7 - Cheepnis 6:33
8 - Son of Orange County 5:53
9 - More Trouble Every Day 6:00
10 - Be-Bop Tango (Of the Old Jazzmen's Church) 16:41

Album live, "Roxy and Elsewhere" compile des sessions scéniques enregistrées les 8, 9 et 10 décembre 1973 au Roxy Theater à Hollywood. Deux titres ont été captés ailleurs, "Son Of Orange County" et "More Trouble Every Day", qui datent du 8 mai 1974 et exhumés d'un concert donné à l'Edinboro State College en Pennsylvanie.

Excepté "More Trouble Everyday" (issu de Freak Out !) et une version revisitée de "Orange County" (issu de Weasels Ripped My Flesh), le reste est complètement inédit.
Ce disque est considéré par les puristes et les fans accomplis comme le meilleur témoignage live de la discographie fleuve de Frank Zappa.
Celui-ci est accompagné sur scène par des noms connus : Georges Duke au clavier ou Chester Thompson derrière les futs.
Le 30 octobre 2015 parait une vidéo des trois concerts donnés au Roxy Theater et dont les morceaux figurent sur cet album.

Anecdote : au cours de cette tournée, Zappa s'amuse avec son public comme à l'accoutumée. Un soir, il fait le salut Hitlérien et attend la réaction du public. Celle-ci ne se fait pas attendre avec une reproduction du geste. Zappa reste ahuri, débranche sa guitare et quitte la scène.

Longue introduction parlée sur "Penguin in Bondage" avec un long commentaire de Zappa sur ce qui va suivre. Blues traversé de moments psychédéliques, la chanson est l'occasion de belles envolées guitaristiques. Le titre s'interrompt brutalement en plein milieu d'une mesure pour enchainer sur "Pygmy Twylyte" en format pop-rock mais pas uniquement, quand on entend les soubresauts jazz-rock en fin de parcours. "Dummy Up" est surtout l'occasion de déconner avec un fond sonore en plus mais ne présente pas un intérêt majeur.

"Village of the Sun" surfe sur une vague pop aventureuse pleine d'allant et "Echidna's Arf (Of You)" est un joli modèle de jazz-rock mitonné aux oignons, avec une partition coupée en tranches de nombreux rebondissements, qui constitue un moment très agréable avant d'attaquer la grosse pièce "Don't You Ever Wash That Thing ?", une partition échevelée d'un jazz-rock ultime, parfait, un vrai et grand moment de bonheur musical. Sans conteste, le meilleur morceau du disque.

Amputé de plus de 2 minutes d'un laius de Zappa, "Cheepnis" produit une parodie de musique des films de SF et se joue dans une atmosphère de bonne humeur communicative. Entre pop maîtrisée et déconnade assumée, la chose est plaisante à entendre et fait partie des grands classiques du moustachu. Un simili blues posé à même le sol "Son of Orange County" devient aérien sous l'influence d'un solo de guitare magique. Les cuivres du final bouclent admirablement le propos.

Toujours blues mais plus terreux celui-ci, "More Trouble Every Day", qui continue comme son prédécesseur à s'habiller de cuivre avant l'assaut final, celui pour lequel tout le monde est resté "Be-Bop Tango (Of the Old Jazzmen's Church)". Ce titre de près de 17 minutes est en fait un happening musical au cours duquel Zappa invite un couple de danseurs pris au hasard dans le public à venir jouer des gambettes sur une danse initiatique destinée à stimuler les sens se trouvant au dessous de la ceinture.

A l'exception d'un bon départ free-jazz, le reste, partagé entre attente des musiciens en présence et des commentaires interminables de Zappa, parait bien fastidieux et longuet pour l'auditeur.

Entre morceaux mineurs et longueurs inutiles, "Roxy and Elsewhere" est aussi traversé de purs moments de bonheur ("Echidna's Arf (Of You)", "Don't You Ever Wash That Thing ?" ...) ce qui est, au fond, la quasi constante des disques de Zappa.

Un disque relativement homogène qui constitue néanmoins un bel instantané live du moustachu.