Over-nite sensation (1973)

overnite sensation frank zappa

1 - Camarillo Brillo 3:59
2 - I'm the Slime 3:34
3 - Dirty Love 2:59
4 - Fifty/Fifty 6:09
5 - Zomby Woof 5:10
6 - Dinah-Moe Humm 6:01
7 - Montana 6:34

"Over-nite sensation" est le 16ème album de Frank Zappa paru en 1973.

D'une facture beaucoup plus accessible avec moins de morceaux expérimentaux, "Over-nite sensation" propose 7 morceaux aux durées généreuses dans une mouvance funk et pop qui a drainé un tout autre public.
On retrouve des partenaires connus (Georges Duke, Jean-Luc Ponty) et une certaine Tina Turner aux choeurs.
"Over-nite sensation", fourbit aux braises chaudes, aborde des thèmes aussi nécessaires qu'une télé qui bave, qu'une lotion dont l'ingrédient principal est un dragon et d'un cow-boy qui place tous ses espoirs dans la culture du fil dentaire dans le Montana.

Assez anecdotique, "Camarillo Brillo" ouvre ce bal destiné à tous les publics. De facture plutôt lisse, le morceau ne s'octroie aucune folie et résonne un peu comme un générique de série TV. A la manière d'un Gainsbourg, Zappa nous chuchote un "I'm the Slime" qui part en trombe pour mieux s'appesantir ensuite. Touche de soul, et choeurs féminins au programme le tout souligné par un solo du sieur étouffé par la pédale wah-wah.

La pop incisive de "Dirty Love" groove au son d'une guitare prophète en son sillon avec une couleur funk apportée encore par la pédale wah-wah, reine de coeur de ce mitan des années 70. Le funk de "Fifty/Fifty" est émaillé de breaks où Zappa raconte des blagues qui le font bien rire. Le morceau tire plus sa force dans la partie instrumentale du milieu ou par exemple, le violon de Jean-Luc Ponty donne toute sa mesure.

Tirant sur le jazz-rock, le funk rock de "Zomby Woof" fait la pige à Fishbone ou à d'autres formations du crû, résolue à faire groover la musique en la chauffant au fer rouge.

"Dinah-Moe Humm" ressemble à du Gainsbourg période "L'Homme à tête de chou", avec une longue litanie déroulée sur un fil funk en arrière-plan. Pas très convaincant et surtout très monotone, le titre n'est pas véritablement représentatif du disque.

Plûtot nonchalant, "Montana" calme le jeu à petits coups de vibraphone savamment placés.

Un album assez dynamique qui a tendance à s'endormir un peu sur la fin, mais disons que les cinq premiers titres sont du très bon Zappa qui peut plaire au plus grand nombre.

Pourquoi s'en priver.