Lumpy Money (2009)

Lumpy Money frank zappa

Disque 1

1 - Sink Trap 2:44
2 - Gum Joy 3:44
3 - Up & Down 1:51
4 - Local Butcher 2:35
5 - Gypsy Airs 1:41
6 - Humchy Punchy 2:06
7 - Foamy Soaky 2:33
8 - Let's Eat Out 1:48
9 - Teen-Age Grand Final 3:30

Mixage mono original (1968) "We're Only in It for the Money"

1 - Are You Hung Up ? 1:25
2 - Who Needs the Peace Corps ? 2:32
3 - Concentration Moon 2:21
4 - Mom and Dad 2:15
5 - Telephone Conversation 0:48
6 - Bow Tie Daddy 0:33
7 - Harry, You're a Beast 1:20
8 - What's the Ugliest Part of Your Body ? 1:02
9 - Absolutely Free 3:25
10 - Flower Punk 3:03
11 - Hot Poop 0:26
12 - Nasal Retentive Calliope Music 2:02
13 - Let's Make the Water Turn Black 1:57
14 - The Idiot Bastard Son 3:22
15 - Lonely Little Girl 1:10
16 - Take Your Clothes Off When You Dance 1:33
17 - What's the Ugliest Part of Your Body ? (Reprise) 0:58
18 - Mother People 2:30
19 - The Chrome Plated Megaphone of Destiny 6:23

Disque 2

Remixage stéréo (1984) de Lumpy Gravy

1 - Lumpy Gravy - Part One 15:56
2 - Lumpy Gravy - Part Two 17:15

Remixage stéréo (1984) de "We're Only in It for the Money"

Disque 3

1 - How Did That Get In Here ? 25:01
2 - Lumpy Gravy "Shuffle" 0:30
3 - Dense Slight 1:42
4 - Unit 3A, Take 3 2:24
5 - Unit 2, Take 9 1:09
6 - Section 8, Take 22 2:39
7 - My Favorite Album 0:58
8 - Unit 9 0:42
9 - N. Double A, AA 0:55
10 - Theme From Lumpy Gravy 1:53
11 - What's The Fuck Wrong With Her ? 1:07
12 - Intelligent Design 1:11
13 - Lonely Little Girl (Original Composition - Take 24) 3:35
14 - That Problem With Absolutely Free 0:29
15 - Absolutely Free (Instrumental) 3:59
16 - Harry, You're A Beast (Instrumental) 1:16
17 - What's The Uglest Part of Your Body ? (Reprise/Instrumental) 2:00
18 - Creationism 1:10
19 - Idiot Bastard Snoop 0:47
20 - The Idiot Bastard Son (Instrumental) 2:48
21 - What's Happening Of The Universe 1:37
22 - The World Will Be A Far Happier Place 0:20
23 - Lonely Little Girl (Instrumental) 1:25
24 - Mom & Dad (Instrumental) 2:16
25 - Who Needs The Peace Corps ? (Instrumental) 2:51
26 - Really Little Voice 2:27
27 - Take Your Clothes Off When You Dance (Instrumental) 1:24
28 - Lonely Little Girl - The Single 2:45
29 - In Conclusion 0:25


Attaquons-nous aujourd'hui à une grosse somme de plus de trois heures publiée sous le nom de "Lumpy Money" en 2009. Il s'agit d'un coffret de trois CD regroupant les mixages en mono des deux albums suivants :
"Lumpy Gravy" et "We're Only in It for the Money" les deux parus en 1968. Ensuite, rebelote avec "We're Only in It for the Money" que l'on retrouve dans un mixage de 1984 effectué par Zappa himself. Même traitement pour "Lumpy Gravy".

Au passage, Zappa remplace les parties rythmiques par des lignes nouvelles jouées par Chad Wackerman (batterie) et Arthur Barrow (basse).
Le troisième CD contient une trentaine de morceaux, avec une grosse poignée de titres en version instrumentale, inédits, etc...

CD 1

Très belle entrée en matière avec "Sink Trap". Des percussions précèdent une jolie ligne de jazz qui s'orientalise par la suite. Un parfum d'aventure coule dans ce premier titre. "Gum Joy" sonne en cinémascope avec une richesse d'arrangement inégalée. Même en mono, le titre parvient à s'étaler dans les enceintes.

"Up & Down" représente le Yin et le Yang. En première partie, une musique éclairée de l'intérieur puis une seconde où le chaos a le droit de régner. Curieux titre à l'architecture compliquée. Une petite pièce contemporaine distille son angoisse rapidement sur "Local Butcher" puis même traitement pour "Gypsy Airs" qui cultive bien l'ambiance malsaine précédente, à grands coups de violons torturés. Ouverture avec calandre de trompettes en avant sur "Humchy Punchy" puis on se précipite dans un maelstrom de notes et de percussions tribales/contemporaines. Retour à la vie normale avec "Foamy Soaky" très sixties, à tel point que l'on croit entendre du Gainsbourg de la même époque. En seulement deux minutes et demi, le morceau passe par tous les aspects : pop, rock, classique orientalisant, contemporain, jazz...

Retour en terrain contemporain avec les assonances cuivrées de "Let's Eat Out" puis un dernier sursaut avec "Teen-Age Grand Final" avec force roulement de percussions qui augure d'un monde noir et sans pitié.
Passons maintenant au mixage mono de "We're Only in It for the Money ?".

"Are You Hung Up ?" dit la voix chuchotante et même un peu flippante de Frank Zappa. Bande-son spatiale et murmures en continu absorbent ce premier morceau d'un peu plus d'une minute. On enchaine avec "Who Needs the Peace Corps ?" tendance pop psyché bien dans son époque puis "Concentration Moon" alerte et joyeux même si ponctué de quelques bizarreries. Petite balade folk tranquille aux sonorités parfois médiévales avec "Mom and Dad", une demande de numéro de téléphone au standard quand l'automatique n'existait pas ("Telephone Conversation") puis une petite ritournelle jazz impertinente, "Bow Tie Daddy" s'enchainent comme autant de mini morceaux.

Un piano en forme classique ouvre "Harry, You're a Beast" pour une petite chanson goguenarde avec grognements de cochon inclus, bande à l'envers et rire débile. Une petite ritournelle fifties se pose une question d'intérêt général ("What's the Ugliest Part of Your Body ?") puis c'est au tour du track-title d'entamer des choses plus sérieuses.
Belle intro pianistique sur "Absolutely Free" puis un folk avec de vrais morceaux de psychédélisme dedans affleure. Très abouti, le morceau est aussi joliment maîtrisé avec des arrangements subtils. "Flower Punk" s'écoute comme une version en 78 tours accélérée. Les voix sont crétines et l'ambiance franchement punk avant l'heure puisqu'en 1968, le terme n'était pas encore connu. Court intermède flippant et chuchoté sur "Hot Poop" puis une succession de bruitages avec "Nasal Retentive Calliope Music".

Nous avons ensuite droit à "Let's Make the Water Turn Black", décontractée comme un générique de sitcom, puis "The Idiot Bastard Son" mélange de borborygmes et de folk plus ou moins médiéval. Juste un couplet pour "Lonely Little Girl" qui file vite vers d'autres aventures avant de laisser sa place à "Take Your Clothes Off When You Dance", titre enjoué avec voix crétines à l'appui. On approche de la fin avec la reprise de "What's the Ugliest Part of Your Body ?" qui part en vrille à mi-parcours puis, "Mother People" qui mixe allègrement frénésie et calme relatif, avec un final beau comme un coucher de soleil hollywoodien.

Pour finir, le plus long titre du disque, "The Chrome Plated Megaphone of Destiny" offre une des premières visions de musique contemporaine de Zappa. Grincements continus, bruitages électroniques et ambiance sombre caractérisent ce dernier morceau du premier CD.

CD 2

Le second CD propose le remixage en stéréo de deux albums du Zappa. "Lumpy Gravy" et "We're Only in It for the Money" que nous venons d'éplucher en version mono. "Lumpy Gravy - Part One" se décompose en deux parties. La première commence comme un hymne russe électro. Le mixage de 1984 apporte de la profondeur ainsi qu'un jeu subtil de répartition des breaks de batterie d'une enceinte à l'autre. Côté musique, l'histoire est très plaisante. De longues plages instrumentales ponctuées de dialogues ou de monologues se juxtaposent pour créer ce long titre de près de 16 minutes. Nous avons parfois droit au deux en même temps dans un joyeux foutoir à priori désorganisé. Comme d'habitude, Zappa passe en revue les styles qui lui sont chers : rock, blues, musique contemporaine, classique se suivent sans se ressembler. Sur un trait vibrant d'une musique sombre, nous passons à la seconde partie.

"Lumpy Gravy - Part Two" se lance sur un rythme lent. Des couches successives s'empilent pour laisser place à un dialogue. Celui-ci dure jusqu'à la 4ème minute puis une section de musique contemporaine prend place. Dès lors, les styles s'enchainent. Easy listening, re-musique contemporaine parfois teintée de jazz. Le ton de la musique va monter en intensité jusqu'à atteindre des sommets dans l'obscur. Puis deux minutes avant la fin, un petit air guilleret façon années 50 s'empare des sillons pour ne plus les quitter jusqu'à la fin.

Passons sur la version stéréo de "We're Only in It for the Money" paru en 1984 et qui ne change rien à ce qui a été dit précédemment.

CD 3

Attaquons donc ce troisième CD contenant 29 titres exhumés des bandes de la malle au trésor de Frank Zappa.

Le jazz cool s'invite sur "How Did That Get In Here ?". Démarrage en douceur et confort mais au bout de 2 minutes, l'ambiance s'accélère. A la 4ème minute environ et sortie d'une salade de cuivres, une pop tout ce qu'il y a de plus sixties prend le relais. Celle-ci prend encore un peu de jazz dans son escarcelle, avec la présence d'une trompette en liberté conditionnelle. Le rythme devient hypnotisant. A la moitié de la 12ème minute tout s'arrête pour repartir sur quelque chose d'ultra rapide style Miles Davis dans "Ascenseur pour l'échafaud". Aux alentours de la 18ème minute, le jazz prend l'allure d'une fanfare biscornue où une guitare tente de s"insérer comme elle peut.

Le tambour reste seul accompagné d'un piano en mode musique contemporaine. Les instruments s'éparpillent et entrent dans un mode d'hibernation. Avec quelques sursauts, certains se réveillent en colère parfois pour mieux se rendormir par la suite. Dans un grand foutoir avant extinction des feux, tout le monde se retrouve au centre de la partition et lâche ses dernières cartouches dans un feu d'artifice final exubérant.

Un extrait d'interview où Zappa cite John Cage ("Lumpy Gravy "Shuffle"") puis un petit morceau psychédélique fait de clochettes et de bruitages. L'ensemble est régulièrement coupé de réflexions et de remarques proférées par Zappa ou par des voix inconnues. A cette ambiance vaporeuse succède "Unit 3A, Take 3" qui fait partie de 3 titres sans nom. De facture classique, ce premier morceau qui n'en est pas vraiment un fait résonner haut et clair cuivres et bois. "Unit 2, Take 9" pourrait illustrer un film d'aventures et "Section 8, Take 22", un film sur le Harlem des années 70 illustré par un blues façon Isaac Hayes.

Un teaser d'interview avec "My Favorite Album" où Zappa parle de "Smoke on the water" puis encore un court métrage au titre de film fantastique avec "Unit 9". Une conversation où tout le monde parle en même temps sur "N. Double A, AA" puis "Theme From Lumpy Gravy" qui pourrait servir de générique à un feuilleton quelconque.

Un bébé qui chougne ? Un bruit de machine à laver....ou de trancheuse à jambon ? Puis une voix rassure le bébé qui enfin gazouille. Il s'agit du contenu de "What's The Fuck Wrong With Her ?". Autant dire pas de musique.

Un discours saturé d'écho sur "Intelligent Design" puis enfin quelque chose de comestible avec "Lonely Little Girl", un petit instrumental étendu sur 3 minutes et demi et qu'on trouve ramassé sur un peu plus d'une minute sur "We're Only in It for the Money".

Un extrait d'interview de Zappa, "That Problem With Absolutely Free" où il parle de la pochette de l'album et de son groupe, les Mothers of Invention, puis une version instrumentale de "Absolutely Free" avec une arrivée des instruments bien découpée. Cette bande de démonstration sonne très scolaire mais n'est pas dépourvu d'un certain charme.

Une petite tourne instrumental sur "Harry, You're A Beast" qui reste aussi sympa même sans parole, puis toujours en instrumental, "What's The Uglest Part of Your Body ?" où la guitare prend le relais de la voix. Au final tout part en vrille. La folie continue sur le court "Creationism" puis l'encore plus court "Idiot Bastard Snoop", prélude à "The Idiot Bastard Son (Instrumental)" en mode jolie ritournelle fleurie fournie avec flûte. Une interview un peu plus longue débitée sur un ton monocorde sur "What's Happening Of The Universe" puis encore un extrait en bonus pour "The World Will Be A Far Happier Place". Très joli et trop court morceau de pop à la fin psychédélique sur "Lonely Little Girl (Instrumental)" puis une autre version sans parole, "Mom & Dad (Instrumental)". Calme et reposante, ce frais morceau trouve sa légitimité dans son absence de paroles.

Le saxophone mène la danse sur "Who Needs The Peace Corps ? (Instrumental)" plus agréable à écouter que la version chantée. Même si le rythme se veut lancinant, l'emballement du groupe avec la mise en avant du saxophone reste un moment très appréciable de bonne musique.

Longue interview avec exercices vocaux intégrés sur "Really Little Voice" puis la fin se fait sentir avec un nouvel extrait d'instrumental. La guitare remplace la partie vocale sur "Take Your Clothes Off When You Dance (Instrumental)" puis enfin, le dernier titre arrive. La version single de "Lonely Little Girl" déroule sa petite pop en forme de générique de fin.

Pour conclure, un dernier extrait d'interview "In Conclusion" où Zappa remercie un peu tout le monde.

Sacrée somme que ces trois CD qui proposent tout de même 78 titres pour 3h25 d'écoute.
Tout ce qui pouvait graviter autour de "Lumpy Gravy" et "We're Only in It for the Money" a été propulsé sur ces 3 galettes de souvenirs.

De quoi en profiter jusqu'à l'indigestion...