Little Dots (2016)

Little Dots Frank Zappa

1 - Cosmik Debris 5:40
2 - Little Dots, Part 1 11:00
3 - Little Dots, Part 2 12:59
4 - Rollo (includes: Rollo, The Rollo Interior Area, Rollo Goes Out) 9:04
5 - Kansas City Shuffle 6:46
6 - Columbia, S.C., Part 1 8:58
7 - Columbia, S.C., Part 2 16:40

Paru en 2016, "Little Dots" est un album live capté en 1972 au cours de la tournée du disque "The Grand Wazoo".
L'album ne comporte que 7 morceaux d'une durée relativement longue.
Cette exhumation de titres live et la production de la chose est assurée par le fiston Ahmet Zappa.

Démarrage avec "Cosmik Debris" issu de "Apostrophe". Ce blues prend de nouvelles couleurs avec la formation présente sur scène. Les cuivres et bois dominent même si la guitare construit la ligne rythmique pas à pas. L'ensemble cuivre/bois donne les impulsions nécessaires lors des montées en puissance. La basse ronde et généreuse fait groover le tout comme une vieille maîtresse ronchonnante. Le solo de presque 2 minutes est un vrai plaisir de seventies ressuscitées.

La première partie du premier long dyptique "Little Dots" fait son entrée sur des cuivres tonitruants. La basse prend ensuite le relais pour instiller un rythme de départ. Le titre prend de l'ampleur au fur et à mesure jusqu'à l'avènement de la guitare qui devient toute puissante. L'association guitare électrique et cuivres donne un curieux mélange à la saveur très particulière.

La seconde partie entre en rupture avec la première. Le blues règne en maître sur cette intro, toute guitare en avant. Le thème se déroule à l'infini, bientôt rejoint par les cuivres qui donnent une couleur plus jazz à l'ensemble. Toutefois, c'est la guitare qui ponctue la fin de ce joli dyptique.

"Rollo" affiche une partition découpée en tranches avec des cuivres et des bois omniprésents. Ce morceau chanté se compose de trois parties. La première servant d'intro ("Rollo") la seconde ("The Rollo Interior Area") commençant par un soli de différents éléments de l'orchestre. Tout à coup, le titre prend un virage inattendu avec l'arrivée d'une guitare et d'une ambiance blues/soul du plus bel effet. L'ultime partie ("Rollo Goes Out") conjugue la sévérité des trompettes avec l'agressivité de la guitare. Beau final travaillé au cordeau.

Le blues de "Kansas City Shuffle" se révèle tout à fait basique. Toutefois, en lieu et place de la traditionnelle guitare pour assurer la partie solo, c'est la trompette qui s'y colle. La trompette change de place avec la guitare tout de même pour écorcher un solo classique mais efficace.

"Columbia, S.C., Part 1" commence en cahotant. Mi-figue, mi-raisin, le titre s'étoffe au fur et à mesure, la basse enflant sous les pas de la trompette. La suite vire au jazz le plus fébrile où chacun fait oeuvre de vélocité. "Columbia, S.C., Part 2" donne la part belle à la guitare qui part en solo quasiment dès le début. Seuls trois accords (les mêmes que ceux du générique de James Bond) servent de support pour faire tourner. Les attaques de cuivres suivantes font penser au fond musical des films de la série "Inspecteur Harry". Mélange de soul et de rock typiquement seventies. Vers la 10ème minute, le jeu se calme jusqu'à devenir impalpable. Mais la voilure ne se réduit pas longtemps et les hostilités reprennent vite. La fin du titre joue aux montagnes russes avec en fond, des cuivres menaçants prêts à tout faire redémarrer.

Un joli disque où l'association cuivres/guitare reste étonnante et sujette à de multiples surprises musicales.
Il aurait été dommage de conserver dans l'ombre ces morceaux live atypiques et uniques dans l'oeuvre du Zappa.