Apostrophe (1974)

apostrophe frank zappa

1 - Don't Eat The Yellow Snow 2:07
2 - Nanook Rubs It 4:37
3 - St. Alfonzo's Pancake Breakfast 1:51
4 - Father O'Blivion 2:18
5 - Cosmik Debris 4:13
6 - Excentrifugal Forz 1:33
7 - Apostrophe' 5:50
8 - Uncle Remus 2:44
9 - Stink-Foot 6:34

La réputation de ce disque est dûe en partie aux pointures conviées pour accompagner le moustachu sur quelques titres. Ainsi, Aynsley Dunbar (batterie), Jean-Luc Ponty (violon), Jack Bruce (basse), Georges Duke (claviers) sont venus prêter main-forte au plus prolixe des guitaristes de l'ancien millénaire.

Nous sommes dans la période funk de Zappa et "Apostrophe" laisse courir un groove de bon aloi qui fait mouche sur bon nombre de titres.
Zappa adopte également sur ce disque un format de morceaux normal avec des durées qui rentrent enfin dans un moule acceptable.

Des petites choses courtes ("St. Alfonzo's Pancake Breakfast", bordélique, "Excentrifugal Forz" et "Father O'Blivion", jazz-rock) côtoient des titres plus ambitieux qui synthétisent les dix ans d'expérience de Zappa dans tous les domaines musicaux qu'il a l'habitude de cerner.

Zappa continue aussi à nous régaler avec ses histoires abracadabrantes ("Nanook Rubs It", un petit esquimau mis en garde contre les dangers de la neige jaune, "Stink Foot", où le chien Fido tombe comme une mouche à cause de l'odeur des pantoufles de son maitre) et accouche pourtant d'un disque très abordable et accessible, plus ou moins débarrassé des tics expérimentaux dont il a du mal pourtant à ne pas parsemer ses créations sonores.

Cet album va asseoir une bonne fois pour toute la réputation de grand musicien auprès de ses pairs et va conquérir un nouveau public.