Tinseltown Rebellion (1981)



Tinseltwon rebellion frank zappa
  1. Fine Girl 3:31
  2. Easy Meat 9:19
  3. For the Young Sophisticate 3:14
  4. Love of My Life 2:15
  5. I Ain't Got No Heart 1:59
  6. Panty Rap 4:35
  7. Tell Me You Love Me 2:07
  8. Now You See It- Now You Don't 5:06
  9. Dance Contest 3:00
  10. The Blue Light 5:27
  11. Tinseltown Rebellion 4:35
  12. Pick Me, I'm Clean 5:33
  13. Bamboozled by Love 5:46
  14. Brown Shoes Don't Make It 7:14
  15. Peaches III 5:03








Comme souvent, Zappa nous pond un disque live avec des bouts collés ensembles provenant de diverses prestations scéniques. "Tinseltown Rebellion" parait en 1981. Il s'agit de différentes dates captées un peu partout (Santa Monica, New-York, Berkeley, Londres ou Philadelphie). Soigneusement enregistrés et archivés, les concerts de Zappa sont pour lui l'occasion de "fabriquer" des lives en studio en prenant par exemple une partie rythmique jouée à Londres et en lui adjoignant une partie guitare captée à New-York. C'est aussi le premier disque de Zappa à paraitre sous son propre label "Barking Pumpkin".

"Fine Girl" oscille façon reggae avec un choeur de moustachus qui s'insinue au milieu des roulements de la batterie électronique. Ce premier titre donne le ton : chaleur et plaisir d'être là. Fabuleux "Easy Meat" façon progressive et dont les 3 premières minutes sont un vrai régal de cavalcades épiques, même si le son des synthés des années 80 résonne de manière vieillote. Zappa qui s'octroie près de 10 minutes d'espace qu'il remplit avec tout son génie et un plaisir de jouer qui affleure encore ici.

"For the Young Sophisticate" déroule un gentil tapis groovy puis "Love of My Life" pour un petit rendez-vous doo-woop avec un petit exploit vocal à la clé. En forme de générique de série américaine, "I Ain't Got No Heart" dépollue l'atmosphère et clôture l'ensemble dans un mouvement grandiose.

Suit "Panty Rap", un reggae hésitant, où Zappa discourt sans discontinuer est plus un moment d'attente avant de passer à autre chose. C'est chose faite avec "Tell Me You Love Me" limite hard-rock et qui va réveiller tout le monde. L'exercice est malheureusement trop court et les deux minutes imparties passent trop vite. Le jazz-rock en mode reggae est ensuite invité à la fête avec "Now You See It- Now You Don't" et son solo de guitare interminable. La partie basse est un vrai régal à consommer à la petite cuillère.

Zappa prépare le concours de danse en recrutant Busch et Mina au hasard dans le public, condamnés à s'exécuter. "Dance Contest" n'est que le discours de cette présentation avec le groupe qui joue en sourdine derrière. Renfort de cuivres sur "The Blue Light" pour un morceau hésitant, surtout riche d'un discours plus que nourrit, puis l'explosif "Tinseltown Rebellion", partagé entre pop ultra nerveuse et jazz de salon prend le relais. Plus dans la retenue, "Pick Me, I'm Clean" vaut surtout par son splendide solo amené à la moitié du morceau mais "Bamboozled by Love" vient tailler dans le vif avec un blues typiquement Hendrixien.

Baroque, inquiétant voire flippant à certains moments, "Brown Shoes Don't Make It" part dans tous les sens et couvre l'essentiel des tendances musicales (rock, pop, doo-woop, musique contenporaine...) en un peu plus de 7 minutes.

Générique de fin en couleur pour "Peaches III".

Oeuvre dynamique, chaleureuse et affichant une bonne humeur contagieuse, "Tinseltown Rebellion" est recommandable en tout points.

Le plaisir de jouer affleure à chaque sillon et l'ensemble se révèle très recommandable.