Jazz From Hell (1986)



jazz from hell frank zappa
1 - Night School 4:50 | 2 - The Beltway Bandits 3:26 | 3 - While You Were Art II 7:18 | 4 - Jazz from Hell 3:01
5 - G-Spot Tornado 3:17 | 6 - Damp Ankles 3:45 | 7 - St. Etienne 6:26 | 8 - Massaggio Galore 2:31


Avec le renfort d'un Synclavier omniprésent, Zappa sort en 1986 ce "Jazz From Hell" à la pochette de facture très classique estampillée eighties où l'on voit un Frank Zappa aux cheveux courts et au regard sombre. Neuf titres pour une durée assez faible de moins de 35 minutes.

Comme la bêtise humaine n'a pas de limite et que Zappa a bien fait son travail, le PMRC (Parental Music Resource Center) appliqua un sticker "Parental Advisory" sur ce disque entièrement instrumental. Comme le disait si justement Jean Ferrat, une belle démonstration de la manière d'être con et de le rester.

"Jazz From Hell" sera néanmoins salué par les critiques, l'album obtenant même un Grammy Award dans la catégorie "Meilleure Performance instrumentale de rock".

Belle entrée en matière avec "Night School" qui peut faire penser à un morceau de Joe Jackson de la même époque. L'arrivée du Synclavier au bout d'une minute et demi dissipe cette première impression.

L'ensemble est bien compact, avec un piano qui libère de l'espace au milieu des trépidations du Synclavier.

Entre percussions brésiliennes et partoches dodécaphoniques jouées exclusivement au Synclavier, "The Beltway Bandits" donne le ton d'un jazz-rock aux confints de la complexité pour une audition entêtante et difficile.

"While You Were Art II" est d'une densité presque impalpable. Ce morceau à la partition ahurrissante de virtuosité, interprété par un Synclavier programmé, ne peut pas être joué par le commun des mortels, même si il a été écrit pourtant par un être constitué de chair et de sang nommé Frank Zappa. Un grand moment de musique contemporaine fébrile et coloré à l'extrême.

Le titre éponyme, "Jazz from Hell" est exactement dans la même veine, voire encore plus impénétrable dans une démarche avant-gardiste qui touche plus la musique contemporaine que le jazz.

Feu d'artifice de sons électroniques qui éclatent comme autant de petites bulles sonores. "G-Spot Tornado" va en ravir plus d'un par sa complexité et en agacer beaucoup d'autres pour la même raison.

"Damp Ankles" est beaucoup plus sombre et drague intensément une approche sonore mystérieuse.

"St. Etienne" est un morceau à part dans cet album. Blues tortueux exécuté en impro à la guitare par le maitre, ce titre mérite toute votre attention éberluée.
Retour au Synclavier dans un court titre ébourriffant (Massaggio Galore), parcouru de rebonds multiples et de quelques hululements du maitre.

Un album qui séduira les fans de cet instrument mythique, le Synclavier, que Zappa avait une manière toute personnelle de s'approprier.

"Jazz from hell" est très abstrait et rappelle, au demeurant, qu'il reste, quelque part dans les cartons sans doute jamais ouverts du Zappa, au moins deux cents morceaux inédits composés au Synclavier par Frank Moustache.

Voilà encore une belle perspective d'une vingtaine d'albums à paraitre ?