Greasy Love Songs (2010)



Greasy Love Songs frank zappa

1 - Cheap Thrills 2:22
2 - Love Of My Life 3:09
3 - How Could I Be Such A Fool 3:34
4 - Deseri 2:06
5 - I'm Not Satisfied 4:03
6 - Jelly Roll Gum Drop 2:20
7 - Anything 3:04
8 - Later That Night 3:05
9 - You Didn't Try To Call Me 3:56
10 - Fountain of Love 3:01
11 - No. No. No. 2:29
12 - Anyway The Wind Blows 2:57
13 - Stuff Up The Cracks 4:34

Bonus

1 - Jelly Roll Gum Drop 2:17
2 - No. No. No. 3:06
3 - Stuff Up The Cracks 6:05
4 - Serious Fan Mail 5:10
5 - Valerie 3:03
6 - Jelly Roll Gum Drop 2:24
7 - Secret Greasing 3:36
8 - Love Of My Life 2:05

"Greasy Love Songs" fait partie des nombreuses sorties posthumes du moustachu. Produit par Gail Zappa et paru en 2010, "Greasy Love Songs" est en fait une revue de l'album "Cruising with Ruben & the Jets" sorti en 1968. De nouvelles parties rythmiques furent rajoutées lors du remixage effectué par Zappa himself en 1984.

Pour accompagner cette réédition, le disque est complété d'une rondelle en bonus avec une dizaine de titres en prises alternatives ou offrant un mixage différent.

De la pop sixties pour commencer avec l'entrainant et sautillant "Cheap Thrills" qui tient sur deux accords. Toujours inscrite dans la même époque, "Love Of My Life" travaille la balade doo-wop. Tous les ingrédients pour se retrouver propulsé dans "American Graffiti" sont là.

Etrange ce titre "How Could I Be Such A Fool". Tout à fait dans l'air du temps, il garde toutefois une aura de mystère avec sa mélodie étrange et son chant haut perché. "Deseri" est une petite sucrerie sixties à déguster sans modération suivie par le trainant "I'm Not Satisfied", nonchalant et affichant une langueur non feinte.
De la pop soutenue avec "Jelly Roll Gum Drop". La jolie basse bien collée à la batterie donne un son chaleureux à ce morceau aux résonances sixties marquées. Douce ballade façon The Platters avec "Anything" puis encore une autre "Later That Night" en plus minimaliste.

De la pop sautillante et sage avec "You Didn't Try To Call Me" puis "Fountain of Love" encore un slow très "guimauve" mais voulu comme telle. Rythmique et mélodie façon Beach Boys "No. No. No." se suit avec un plaisir mêlé de nostalgie. La fraicheur et la candeur du titre n'annoncent pas encore les tribulations futures et les voies étranges empruntées par Zappa. Avant-dernière petite chose sucrée "Anyway The Wind Blows" avant le dernier titre qui vient refermer ce disque estampillé sixties voire fifties. "Stuff Up The Cracks" en mode slow encore achève l'ensemble avec un long solo de guitare moite.

Passons maintenant aux mixes alternatifs proposés en bonus.

En premier lieu, nous avons droit à un "Jelly Roll Gum Drop" avec un mixage en mono. Rien de bien vraiment transcendant. "No. No. No." nous est proposé dans une version rallongée d'une trentaine de secondes, de quoi mieux apprécier la rengaine du refrain. Le blues de "Stuff Up The Cracks" bénéficie d'une rallonge et prend une minute et demi de plus de solo.
Mélange d'interview de Warren Duffy et de lecture effectuée à la New School de New York pendant l'année 1969, "Serious Fan Mail" évoque le travail de Zappa avec toujours beaucoup d'humour et d'ironie mais toujours sertie de cette intelligence vive et caractéristique du personnage. Une version mono de "Valerie" puis "Jelly Roll Gum Drop" en version single, ce qui ne change pas grand-chose non plus. Quelques extraits de jazz (Big Jay McNeely’s) sur "Secret Greasing" commentés par un Zappa interwievé par Les Carter sur une radio de Pasadena (KPPC) en 1968 annonce la fin des bonus proposés.
En guise d'épilogue, "Love Of My Life" est proposé dans une autre version pour conclure cette série de bonus.

"Greasy Love Songs" est un album en double. Le néophyte moyen ne trouvera pas une énorme différence sinon très impalpable avec "Cruising with Ruben & the Jets". De plus, les relectures des bonus proposés n'amènent rien de plus. Restons donc sur le bon souvenir doo-woop de "Cruising with Ruben & the Jets" qui finalement, n'était pas si mal que çà en l'état.