Cruising with Ruben & the Jets (1968)



Cruising with Ruben & the Jets Frank Zappa

1 - Cheap Thrills 2:38
2 - Love of My Life 3:08
3 - How Could I Be Such a Fool ? 3:34
4 - Deseri 2:07
5 - I'm Not Satisfied 4:08
6 - Jelly Roll Gum Drop 2:23
7 - Anything 3:06
8 - Later That Night 2:59
9 - You Didn't Try to Call Me 3:57
10 - Fountain of Love 3:22
11 - No. No. No. 2:14
12 - Any Way the Wind Blows 3:01
13 - Stuff Up the Cracks 4:36

"Cruising with Ruben & the Jets" est le cinquième album de Frank Zappa accompagné de ses fidèles Mothers of Invention. Cet album sera réédité en 1984 au format CD, Zappa profitera de cette réédition pour refaire les parties rythmiques basse/batterie.

Sur cette cinquième rondelle, Zappa reprend des anciens titres du groupe jamais enregistrés avec une dynamique doo-wop, style que Zappa affectionne tout particulièrement.

La jolie pochette dessinée par Cal Schenkel, auteur de nombreuses pochettes du Zappa, contient son lot de petites curiosités : sa fausse date de parution (1955) et un dessin illustrant la meilleure façon de danser le bop.

Zappa se rebaptise "Ruben" et les Mothers deviennent "The Jets" le temps d'un album, histoire de mieux coller à l'ambiance de celui-ci.

"Cheap Thrills" tourne en rond sur une base façon The Beach Boys et un piano sautillant. "Love of My Life" sonne très fifties comme une relecture de tous les standards rock de cette époque. La voix nasillarde et volontairement niaise de Ray Collins fait recette de cette petite tournerie sucrée.

"How Could I Be Such a Fool ?" fait perdre quelques couleurs avec un rythme lent mais qui amène l'auditeur à décrocher. "Deseri" remet un peu de sucre sur la galette avec le sourire Pepsodent en plus. Mode slow baveux pour "I'm Not Satisfied" qui lorgne toujours de manière nostalgique sur ces années perdues et que Zappa tente de faire revivre, de manière touchante, dans cette série de petits morceaux de trois ou quatre minutes qui paraitront bien désuets à beaucoup.

"Jelly Roll Gum Drop" tourne un peu plus vite histoire de ne pas relâcher l'attention. Très sage "Anything" roule une rythmique lente pour prolonger une soirée arrosée tard dans la nuit, "Later That Night" prolongeant cette impression de veille.

"You Didn't Try to Call Me" reste dans ce mode contemplatif rock sixties tranquille, une certaine torpeur pouvant envahir l'auditeur à ce moment-là. Il ne sera pas réveillé avec "Fountain of Love", chanson bubble-gum estampillée 1960, rose avec des rayures.

"No. No. No." tourne en boucle sur un peu plus de deux minutes puis "Any Way the Wind Blows" amorce la fin, sur un rythme devenu boueux par des interventions incessantes sur les toms basses au moment du refrain.

De la nonchalance pour terminer avec "Stuff Up the Cracks", plus rock que ce qui vient de passer, couronné par un solo de guitare du maitre.

"Cruising with Ruben & the Jets" sera bien reçu par les fans mais ce disque a tout de même beaucoup vieilli. Ceux que les expérimentations de Zappa rebutent vont être ravis de cette galette qui lorgne constamment vers un rock antédiluvien qui a connu ses heures de gloire.