Frank Zappa

La biographie de Frank Zappa commence le 21 décembre 1940 à Baltimore dans l'état du Maryland, un peu comme un cadeau de Noël offert avant l'heure au monde musical. Frank Zappa cumule des origines diverses. Son père (Francis Vincent Zappa) est sicilien-libanais et sa mère (Rose Marie Colimore) franco-italienne.

Naissance et jeunesse de Frank Zappa

Aîné de 4 enfants, Frank Zappa passera une partie de son enfance avec ses deux frères (Bobby né en 1943 et Carl né en 1947). En 1951 naît sa sœur Patrice. La famille Zappa quitte le froid état du Maryland situé dans le nord-est du pays. Elle s'installe en Californie, creuset musical bouillonnant dans les années 60.

Tandis que la jeunesse Californienne écoute du rythm and blues et le psychédélisme naissant, Frank Zappa s'attache à d'autres courants musicaux. Les œuvres d'Edgard Varèse, compositeur de musique contemporaine français mais naturalisé américain et Igor Stravinski seront ses disques de chevet.

En premier lieu, Frank Zappa se propose comme batteur dans différentes formations. Ainsi, il commence à composer ses propres chansons, il intègre les rangs d'un groupe local de rythm and blues. C'est au poste de guitariste qu'il officiera, prenant la direction des opérations. Il trouve le nom de "Motherfuckers" qu'il réduit à "The Mothers". Mais la maison de disques qui vient de signer le groupe n'est pas dupe et demande un autre nom.

La formation de Frank Zappa sera alors rebaptisée "The Mothers of Invention".

Frank Zappa dans les années 60


Dans les années 60, Frank Zappa and The Mothers of Invention publieront 8 albums, de 1966 à 1969.
Le premier album "Freak Out" sera double. Ce sera le seul et unique disque que Frank Zappa ne produira pas. Dès le second, "Absolutely Free", il prendra les rênes de la production pour ne plus les lâcher. Suivront une poignée de disques toujours cultes dans la discographie du Moustachu. "We're only in it for the money" en 1968 qui égratigne la bonne société américaine. Il y a aussi "Lumpy Gravy" disque expérimental d'une pièce enregistré en 3 jours. L'année 1969 cumulera trois albums dont l'excellent "Hot Rats" ne contenant que des instrumentaux.

En outre il fera paraître "Cruising with ruben & the jets " aux influences doo-woop et un concept-album, "Uncle Meat".
Les années 70 seront aussi très occupées avec pas moins de 19 albums publiés.

Frank Zappa dans les années 70


En premier lieu, pour l'année 1970, Frank Zappa offre deux albums à son public ("Weasels ripped my flesh" et "Chunga's Revenge"). L'année suivante, c'est le premier live qui sort : "Fillmore East". Ensuite, Frank Zappa laisse courir sa soif créatrice pour un double album resté culte, "200 motels". Ce monument de 40 titres illustre le film du même nom qui fit un superbe four. Mais qu'importe, rien n'arrête Frank Zappa, sauf deux événements marquants.

Un incendie...


Le 4 décembre 1971, il se produit avec son groupe au Casino de Montreux. Le public est en liesse et un spectateur a une idée géniale pour mettre de l'ambiance. Il tire une fusée de détresse dans la salle en visant le plafond. Comme on pouvait s'y attendre, ce dernier, doté d'un revêtement en rotin, s'embrase immédiatement.

La salle est bondée, plus que la jauge prévue. Les spectateurs tentant de resquiller ont été refoulés et pour éviter qu'ils n'entrent, les issues de secours ont été condamnées.
Frank Zappa va participer activement à l'évacuation de la salle, opération qui se fera dans le calme. Aucune victime ne sera à déplorer. En revanche, tout le matériel de Frank Zappa et des Mothers of Invention installé sur scène sera intégralement détruit.

Le groupe Deep Purple enregistre alors non loin son album "Machine Head" dans le studio mobile des Rolling Stones. A partir de cet événement ils composeront leur plus grand succès : "Smoke on the water" qui évoque la fumée de l'incendie au dessus du Lac Léman.

...et une chute de scène


Presque une semaine plus tard, Frank Zappa joue à Londres, dans le Rainbow Theatre. Un spectateur, Trevor Howell, va faire basculer sa vie dans tous les sens du terme. Mécontent de la prestation scénique ou jaloux des soi-disant regards appuyés vers sa petite amie, il attrape Frank Zappa et le fait tomber dans la fosse. Après avoir été conduit à l´hôpital, les dommages de la chute sont comptabilisés. Traumatisme crânien, fractures multiples, contusions au dos et au cou et un écrasement du larynx vont immobiliser le musicien durant une longue période.

Frank Zappa restera en chaise roulante pendant une bonne année et gardera de nombreuses séquelles de cette chute. Pendant sa convalescence, ne pouvant jouer sur scène, il compose trois albums qui sortiront l'année suivante.

Les années 70 suite et fin


En 1972, il publie "Just another band from L.A", "Waka/Jawaka" et "The grand wazoo". Les deux derniers disques ont eu raison des économies de Frank Zappa. Nécessitant la présence d'un grand orchestre, ces deux albums sont un gouffre financier dont le musicien aura du mal à se remettre.

Il tente de composer des disques plus accessibles pour le grand public. Ainsi, il lâche "Over-nite sensation" en 1973, "Apostrophe" et "Roxy and elsewhere" en 1974. Suivent deux albums live en 1975, "One size fits all" et "Bongo fury". C'est aussi l'année où Frank Zappa marque la fin de sa collaboration avec les Mothers of Invention.

En 1977, Frank Zappa à l'idée d'un projet audacieux. "Läther" est destiné à devenir un coffret de quatre disques, mais finalement, sa maison de disques (Warner) refuse son projet, trop cher à mettre en oeuvre et difficilement commercialisable. Le musicien ventile alors cette grande oeuvre sur quatre disques séparés qui sortiront simultanément. "Zoot allures" en 1976, qui contient quelques morceaux du projet qui devait suivre, "Zappa in New-York" et "Studio Tan" en 1978. Paraîtront encore "Sleep dirt" et "Orchestral favourites" en 1979. Zappa fait un procès à Warner puis monte son propre label, Zappa Records.

C'est sur ce nouveau support qu'il publie les deux derniers disques de la décennie 70, "Sheik Yerbouti" et un opéra-rock "Joe's garage". Ces deux disques rencontrent un beau succès commercial. En outre, Frank Zappa connait son premier hit ("Bobby Brown" sur "Sheik Yerbouti") qui se classe n°1 en Norvège et en Suède.

Frank Zappa dans les années 80


Les années 80 verront 20 nouveaux albums de Frank Zappa enrichir sa discographie déjà conséquente. Au cours de cette décennie, Frank Zappa va accentuer le côté expérimental de sa musique. Ce qu'il appelle la musique "savante", va prendre forme sur de nombreux albums.
Tout d'abord, ce sont trois disques qui sortent en 1981. En premier lieu "Tinseltown rebellion" rassemble des bouts de live captés à droite et à gauche. "Shut up 'n play yer guitar" est un triple album qui compile 20 solis de guitare du maître. Enfin, toujours en 1981, "You are what you is" est le premier disque de Zappa entièrement enregistré dans son studio personnel.

En 1982, Frank Zappa livre le très éclectique "Ship arriving too late to save a drowning witch". L'année suivante, après les mitigés "The man from utopia" et "Baby snakes", Frank Zappa sort du bois avec "London symphony orchestra Vol. 1", pur disque de musique contemporaine. En 1984, Frank Zappa persiste et signe un second disque de musique contemporaine avec l'une de ses idoles derrière la baguette de chef d'orchestre. Toutefois, "Boulez conducts zappa : the perfect stranger" ne plaira pas à Zappa, jugeant l'interprétation sur scène décevante.

Retour au rock


Cette même année, le moustachu retournera à ce qu'il sait faire de mieux avec trois opus. "Them or us", le triple album opéra-rock "Thing fish" et encore "Francesco Zappa", nouvel album expérimental joué entièrement au Synclavier. Un seul album parait en 1985, le moyen "Frank Zappa meets the Mothers of Prevention" qui ne restera pas dans les annales.

En 1986, seulement deux albums dans les bacs. "Does humor belong in music ?", concert de 2h30 amputé d'1h30 et assemblé n'importe comment puis le court "Jazz from hell". En 1987 parait le volume 2 de "London symphony orchestra". Les deux volumes seront réunis en 1995 en format CD.

En 1988, Frank Zappa sort 3 albums live. Le premier intitulé en toute simplicité "Guitar" reprend une trentaine de solos du guitariste. Les deux autres, "You can't do that on stage anymore" volume 1 & 2, seront les premiers chapitres d'une série de six qui se poursuivra jusqu'en 1992.

Décès de Frank Zappa


Cette dernière tournée est particulièrement éprouvante. Zappa ne se sait pas encore malade et ressent de la fatigue qui va conduire à l'annulation de quelques dates. La mauvaise ambiance générale au sein du groupe dont le bassiste Scott Thunes serait responsable justifie également l'arrêt de la tournée.
En fin d'année 1991, la fille aînée de Frank Zappa, Moon Unit, déclare aux médias que son père est malade. Il est atteint d'un cancer de la prostate.

Comme on pouvait s'y attendre, le 4 décembre 1993, quelques jours avant son anniversaire, Frank Zappa quitte la scène à l'âge de 52 ans.

La malle au trésor (The Vault)


Frank Zappa était adepte du stockage. Il fit construire une chambre forte chez lui qu'il baptisa "The Vault" (La chambre forte). Toutes les bandes d'enregistrements studios et concerts se trouvent réunies dans ce bunker à toute épreuve.
Depuis sa disparition en 1993, ce sont pas moins de 35 albums qui sont sortis jusqu'en 2016. Parmi toutes ces sorties, de nombreux disques sont des compilations de concerts. D'autres exhument des compositions inédites de Frank Zappa.

Par exemple, pour la seule année 2016, 4 albums paraissent, témoins de la profusion de matière musicale contenue dans cette chambre forte.

Les enfants de Frank Zappa


Tout d'abord, Frank Zappa est marié pendant quelques années à Kathryn J. Sherman, de 1960 à 1964. En seconde noce, il épouse en 1967 Adelaide Gail Zappa qui décédera le 7 octobre 2015 à l'âge de 70 ans. De cette union naîtront quatre enfants.

Les "grands"


Moon Unit Zappa est sa première fille. Elle arrive au monde le 28 septembre 1967. Comme ses frères et soeurs, ses parents lui donnent un prénom plus qu'original, le sien signifiant "Module lunaire". Moon Unit a plusieurs cordes à son arc. Elle chantera en duo avec son père sur la chanson "Valley Girl" en 1982 qui figure sur l'album " Ship arriving too late to save a drowning witch". Plus tard, elle deviendra écrivain, compositrice et actrice aussi bien au cinéma qu'à la télévision. Elle fera également du stand-up.

Son frère Dweezil Zappa naît le 5 septembre 1969. Guitariste comme Frank, Dweezil a sorti une petite dizaine d'albums solo à partir de 1986.
En 1987, il fait une apparition dans le film "Running Man" d'après le roman de Stephen King avec Arnold Schwarzenegger et réalisé par Paul Michael Glaser, le "Starsky" de "Starsky et Hutch".
En 1993, il monte un groupe du nom de "Z" avec son frère Ahmet. Cette formation éphémère ne sortira que deux disques : "Shampoo Horn" en 1993 et "Music For Pets" en 1996. A partir de 2006, Dweezil Zappa monte une formation musicale baptisée "Zappa plays Zappa" destinée à reprendre les oeuvres de son père. Deux albums verront le jour : "Zappa Plays Zappa (live)" en 2008 et "The Return Of The Son Of..." en 2010.

Les "petits"


Ahmet Zappa arrive 5 ans après son frère aîné Dweezil, le 15 mai 1974. Comme sa sœur aînée, il est un touche-à-tout artistique et s'essaye à plusieurs choses. Acteur, producteur de cinéma, écrivain, il est aussi musicien et publiera 3 albums dont deux avec son frère Dweezil sous le nom de groupe "Z". Il est marié à l'actrice Selma Blair ("Scream 2", la série de films "Hellboy"...).

Pour conclure, la dernière de la fratrie s'appelle Diva Zappa. La petite dernière du clan Zappa naît le 30 juillet 1979.
Actrice et musicienne, elle participera entre autre à une représentation de "200 motels" le 20 octobre 2013 au Royal Festival Hall de Londres.

L'impact de Frank Zappa sur la musique


En premier lieu, il est difficile d'appréhender l'oeuvre complète de Frank Zappa d'un seul coup d'oeil. Avec plus de 100 albums au compteur, le moustachu a largement dépassé les limites de ce qui se fait d'habitude. Bercé d'influences diverses (comme la musique savante d'Edgard Varèse et le rythm'n'blues des années 60 dont il raffolait), Frank Zappa s'est construit seul, en autodidacte.

Il est indéniable que la discographie foisonnante de Frank Zappa aborde des styles aussi divers que le blues, le rock, le jazz (et donc le jazz-rock, appellation que Zappa détestait), que le reggae ou le funk. D'un point de vue encore plus confidentiel Frank Zappa est aussi l'auteur de nombreuses pièces contemporaines.

Ces influences ont été toute sa vie dopées par son goût de la provocation et du pastiche sous toutes ses formes.
Disons d'emblée que l'impact de Frank Zappa sur la musique en général est imperceptible et immense en même temps, sachant qu'il est également difficile à évaluer.

Il fera volontairement partir sa musique et son oeuvre dans tous les sens, histoire de faire jaillir une minute de pure ingéniosité au milieu d'un morceau banal. Il n'hésitait par exemple pas à effacer plusieurs jours d'enregistrements si, au détour des bandes, il ne décelait pas ce petit moment de grâce après lequel il courait sans cesse.
La musique de Frank Zappa est tout et son contraire. Elle peut surfer sur la facilité ou devenir sensée, être raffinée ou bien de la dernière vulgarité. Avec un nihilisme forcené, il va détruire la musique pour mieux la reconstruire et y insuffler une magie qui n'appartient qu'à lui.

En conclusion...


Tout d'abord il faut dire que Frank Zappa est avant tout un musicien pour les autres musiciens. Non pas un modèle à suivre mais une source quasi inépuisable d'idées qu'il mit en forme dans ses nombreux disques jetés en pâture au public année après année.

Plus de 25 ans après sa disparition, l'oeuvre de Frank Zappa reste inégalée, inclassable et insurpassée tant dans les idées que dans la démesure.

A quel public s'adresse donc cette oeuvre gigantesque ? Aux amateurs de jazz, de rock, de funk, de musique contemporaine ou de doo-woop ? A cette question personne n'a pu répondre aujourd'hui.

De toute évidence, le mieux est encore de se replonger dans cette somme musicale afin de se faire sa propre opinion et de trouver soi-même, cette petite flamme que ce musicien pas comme les autres a cherché toute sa vie.