Ahead of Their Time (1993)



Ahead of Their Time frank zappa




  1. Prologue 3:07
  2. Progress ? 4:44
  3. Like It or Not 2:21
  4. The Jimmy Carl Black Philosophy Lesson 2:01
  5. Holding the Group Back 2:00
  6. Holiday in Berlin 0:56
  7. The Rejected Mexican Pope Leaves the StageSan Ber'dino 2:55
  8. Undaunted, the Band Plays On 4:34
  9. Agency Man 3:17
  10. Epilogue 1:52
  11. King Kong 8:13
  12. Help, I'm a Rock 1:38
  13. Transylvania Boogie 3:07
  14. Pound for a Brown 6:50
  15. Sleeping in a Jar 2:24
  16. Let's Make the Water Turn Black 1:51
  17. Harry, You're a Beast 0:53
  18. The Orange County Lumber Truck (Part I) 0:46
  19. Oh No 3:22
  20. The Orange County Lumber Truck (Part II) 10:38















Quelques mois avant la disparition de Zappa, une bonne idée fut lancée : celle de publier un album d'un concert capté en octobre 1968 au Royal Albert Hall.
Pour se faire, Zappa et les Mothers se font épauler par un orchestre de 15 musiciens supplémentaires : BBC Orchestra.
Ce disque se partage véritablement en deux parties : l'une plutôt orientée jazz-rock sérieux et l'autre habillée d'un rock assez bruyant. Les deux styles parviennent à cohabiter à l'aide de happening impromptus, de vannes que s'échangent les musicos sur scène et de la capacité de Zappa de mener ce fol équipage exactement là où il le souhaitait.

"Prologue" entre de plain-pied dans le bizarre avec un titre de musique contemporaine en noir et blanc tremblant et attentiste. Pas de musique pour "Progress ?" mais des échanges verbaux qui font bien rire le public, avec Zappa en metteur en scène de tout cela.

Les cuivres se mettent en colère sur "Like It or Not" et se mêlent aux inquiétudes du piano mais sur "The Jimmy Carl Black Philosophy Lesson", les palabres reprennent avec le public pour un happening drôlatique dépourvu de la moindre note de musique.

Une messe improvisée se déroule sur "Holding the Group Back" puis un court aperçu opéra pianistique sur "Holiday in Berlin". Sur une musique d'entrée d'empereur romain, "The Rejected Mexican Pope Leaves the Stage" tonitrue et annonce au moins quelque chose de terrifiant. Cela sera "Undaunted, the Band Plays On", musique contemporaine gothique, où les cuivres pulsent comme des déflagrations organiques, où les percussions sont tour à tour cinglantes ou perforatrices. "Agency Man" commence une valse lente au piano puis évolue vers du burlesque pour revenir vers un doo-woop militairement organisé. Les cuivres sifflent la fin de la partie sur le court " Epilogue". Le grand "King Kong" prend le relais et installe enfin ce disque dans la musique. Les cuivres dominent, les percussions suivent et le titre s'écoule agréablement, à la manière d'un générique de "Mission Impossible" capté au ralenti.

Le court mais lancinant "Help, I'm a Rock" précède l'instrumental "Transylvania Boogie" qui se termine sur une hésitation percussive. "Pound for a Brown" se veut plutôt murmurant. Du baroque, le morceau vire au rock déhanché, dans un style proche du Santana de "Soul Sacrifice".

"Sleeping in a Jar" s'amenuise et s'affûte pour équilibrer bois et cuivre dans un court petit délire pop baroque jubilatoire. Arrivé en fin de parcours, tout bascule sur la petite bluette rigolote "Let's Make the Water Turn Black", petit générique d'un feuilleton familial.

Deux petits intermèdes pop joliment travaillés ("Harry, You're a Beast" et "The Orange County Lumber Truck (Part I)") précèdent "Oh No" initié dans la même mouvance. "The Orange County Lumber Truck (Part II)" fait perdurer ce sentiment pop avec un joli exercice étalé sur plus de dix minutes. Le saxo prend le relais de la guitare pour un beau final tout en puissance.

Il faut bien attendre la moitié de l'album avant que la vraie musique ne commence, mais là le plaisir est total.
La musique de Zappa pré-seventies laisse toujours un goût de renouveau et annonciateur de ce qui allait se passer par la suite.
Ce live publié tardivement est le reflet d'une époque que nous n'aurions aimé ne jamais vouloir quitter.